lundi 25 mai 2015

La Mare aux oiseaux.


Nous avons fêté les 40 ans de mon petit mari à la Mare aux oiseaux, cette adresse nous faisait terriblement envie depuis très longtemps. La cuisine du chef Eric GUERIN nous attirait beaucoup,
la personnalité du chef aussi :-)
Ensuite, j'avais vu beaucoup de reportages sur son établissement perdu dans les marais de la Brière :




La Brière : source le site du chef."Le littoral, très découpé, abrite un ensemble de cuvettes marécageuses séparées par des seuils granitiques : le Sillon de Bretagne, les îles de Brière, les coteaux guérandais et la presqu’île du Croisic. Du «Pays noir» de Brière, où abonde la tourbe, jusqu’à l’océan, le voyageur découvre une infinie variété de paysages, centrée toutefois autour d’un élément commun : l’eau !
Son originalité tient également dans son statut juridique : cet espace est en effet la propriété indivise des habitants des vingt et une communes riveraines. C’est en 1461 que fut proclamée la reconnaissance officielle de cette propriété par les lettres patentes de François II, duc de Bretagne. Aujourd’hui encore, les Briérons continuent à jouir de ce privilège et à gérer leur marais.
La Brière est une immense dépression lagunaire où, depuis 10 000 ans, les transgressions marines successives ont permis la sédimentation des argiles bleues. Au néolithique, elle passe des paysages forestiers primitifs aux faciès lacustres, puis marécageux. De nombreux menhirs et dolmens témoignent de l’occupation humaine dès cette époque ; certains mégalithes, mis en place avant la formation du marais, sont désormais enfouis dans la tourbe tout comme ces arbres «fossiles» appelés mortas par les Briérons (chênes et bouleaux). Au cours des siècles, les paysages sont modifiés par le tourbage, le pacage, la coupe du chaume, la pêche et la chasse. Avec le déclin progressif de ces usages, le comblement naturel s’accélère : les essences pionnières (saules, bouleaux, chênes) évoquent déjà un retour progressif aux panoramas originels.

Nous avions réservé une junior suite pour le week-end, l'hôtel propose aussi des soins avec un "mini spa", massage, sauna, jacuzzi, nous avons pu profiter d'un massage d'une heure, massage musculaire aux pierres de quartz rose et à l'huile d'algues pour moi et un modelage relaxant aux trois huiles magiques d'Afrique pour mon mari.
Un super moment de détente avec une super esthéticienne très agréable, souriante et qui aime son métier.

Notre chambre était toute mignonne, très bien décorée tout à fait dans dans le thème de l'établissement. J'avais vraiment l'impression d'être chez un apothicaire avec ses photos anciennes et c'est encore plus vrai dans la salle du restaurant.
L'hôtel est classé "Relais et Châteaux Silence".

Nous avons passé un excellent week-end avec un personnel aux petits soins, sans être trop présent et qui prend à coeur de nous faire découvrir la cuisine du chef.
Le chef est très abordable et il prend le temps d'échanger avec ses clients, c'est extrêmement agréable et surtout nous avons très bien mangé.
Petit bémol, le soleil était totalement absent…











Vers 20h, nous sommes partis pour notre diner, notre formule comprenait le menu carte Blanche, le repas était vraiment délicieux avec des accords que j'ai adorée car jamais vus pour ma part.

On commence par les amuses bouches  que nous avons pris dans le petit salon, n'hésitez pas à le demander s'il reste de la place.

En haut à gauche de languouille, c'est à dire de la langue et de l'andouille.
A droite, accras de morue sauce tartare.
En bas, pâte à pizza, pâte à sarrasin, sauce tomates.
En dessous, anguille fumée et tourbe séchée.


Deuxième amuse bouche, sardine marinée, granité de pastèque.


La salle du restaurant.



Asperge et boudin noir, encornets grillés, sésame noir, encre de seiche, asperge blanche et boudin noir


 Hosties de fois gras, petits pois aux agrumes, vinaigrette de citron.


 Poisson chat fumé à la tourbe de Brière, pommes de terre nouvelles, caviar végétal et beurre nantais.



Rougets, fraise, olive et parmesan, tapenade d'olive et lard italien.


 Agneau de lait et champignons aux amandes, portobello garni de frangipane.


Tuile de chocolat blanc, fourme d'Ambert, brisures de truffe, spagetti frit.


 Un opéra en Brière.


 Le coussin de belle mère, citron vert, Kalamansi, cactus.




Les mignardises que nous avons mangées dans le petit salon.






Le lendemain matin, nous avons pris notre petit déjeuner dans notre chambre, on nous a apporté un panier super bien garni avec d'excellent produits. Il y avait du sucré et du salé.




Le jardin que nous avons visité profitant d'une accalmie au niveau de la pluie.









Le site : La Mare aux oiseaux

Les photos sont prises à l'iphone5 d'où une qualité médiocre surtout le soir, mais je ne voulais pas sortir mon appareil photo dans ce lieu.

4 commentaires:

  1. ah... mon restaurant préféré. Je n'y ai mangé que deux fois, mais ça reste mes plus beaux souvenirs de repas au restaurant... j'en profite pour découvrir ton site! Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça restera pour nous aussi un excellent souvenir culinaire. Merci pour ta visite. Et je file sur le tien ;-)
      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. très bonne adresse visiblement, par contre le peu de contenu des assiettes me laisse sceptique
    le panier du petit dej par contre me fait rêver c'est trop trop miam !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire.
      Je te rappelle qu'il y a 9 plats ! Ce sont des plus petites quantités pour avoir un large aperçu de la cuisine du chef. Je te garantie que tu n'as plus faim quand tu sors du restaurant. Nous n'avons même pas touché aux mignardises tellement nous avions assez mangé.

      Supprimer